PROCEDURE POUR L'ACCES A PRONOTE
Cliquer sur le pdf de l'article ACCES A PRONOTE pour les explications

Accueil ::> ETABLISSEMENT ::> Infirmerie ::> PREVENTION INTERNET

PREVENTION INTERNET

lundi 22 octobre 2018, par Mme Jouan.

PREVENTION INTERNET 2018

PREVENTION INTERNET POUR TOUS LES ELEVES ET LEURS PARENTS
DU 15 AU 19 OCTOBRE

EN DOCUMENTS JOINTS DES RESSOURCES POUR LES PARENTS
DES SITES à CONSULTER

Netecoute est une ligne d’assistance téléphonique à destination des parents et des enfants par des spécialistes de l’enfance , d’internet et des psychologues .Elle répond aux questions concrètes en mettant l’aacent sur des conseils pratiques et sur la prévention.
Elle permet aussi de signaler en ligne .

netecoute.fr
n°vert 0800 200 200

Créée en 2005, e-Enfance est une association reconnue d’utilité publique agréée par le ministère de l’éducation nationale.
e-Enfance, outre son rôle de sensibilisation des jeunes aux bonnes pratiques du numérique, a pour vocation de conseiller parents et professionnels de l’éducation.

e-enfance.org

Informer Protéger Arbitrer les 3 missions essentielles du CSA
Conseil supérieur de l’audiovisuel

csa.fr

Interdit au moins de 13 ans
A ce jour, la plupart des réseaux sociaux sont interdits aux enfants de moins de 13 ans. Ils respectent sur ce point la législation américaine qui interdit la collecte des données personnelles sur des jeunes de moins de 13 ans. En Europe, il n’existe pas, pour le moment, de texte fixant une limite d’âge pour tous les pays, chaque pays étant libre de décider lui-même de l’âge limite. En France, c’est cependant la même limite qu’aux Etats-Unis qui s’applique : 13 ans.

La Garde des Sceaux, Nicole Belloubet, a présenté le 13 décembre 2017, un projet de loi fixant la majorité numérique à 16 ans. Cette loi visant à protéger les mineurs implique donc la mise en place potentielle d’une autorisation parentale pour s’inscrire sur les réseaux sociaux avant 16 ans. 

L’addiction aux jeux vidéo est désormais reconnue comme maladie à part entière par l’Organisation Mondiale de la Santé. L’OMS parle désormais de « Gaming Disorder » ou « trouble du jeu vidéo ».

Plusieurs facteurs peuvent expliquer une consommation excessive, voire une dépendance, aux jeux vidéo.
Tout d’abord, il faut se poser 4 questions :
1. Le jeu vidéo est-il l’unique source de plaisir dans sa vie ?
2. Est ce qu’il peut réduire son utilisation, voire se passer, des jeux vidéo ?
3. Le temps passé sur les jeux a-t-il une influence sur ses résultats scolaires ?
4. Est-ce qu’il ne voit plus et ne sort plus avec ses amis ?
S’il y a au moins une réponse positive, la pratique actuelle des jeux vidéo est risquée.
Campagne 3-6-9-12 Serge tisseron

SE CONNECTER